VIH/Sida – Tuberculose

LA SITUATION

 

Par le passé, le VIH/SIDA a été la premiere cause de mortalité des adultes en Haiti; OHMaSS, fidèle à sa mission d’améliorer la qualité de vie de la population haitienne, a toujours sensibilisé et encouragé les habitants à se protéger contre ce fléau, en mettant à moindre coût sur le marché ses produits de marketing social, lesquels ont beaucoup contribué au changement de comportement de la population. De nos jours, à l’échelle nationale on note une certaine stabilisation de l’épidémie avec une prévalence du virus qui oscille autour de 2.2%. Toutefois, le taux de prévalence reste élevé chez certains groupes, tels les HARSAH (12,9%) et les travailleurs de sexe (8.7%). OHMaSS réitère sa mission en devenant le récipiendaire principal du Fonds Mondial pour le programme VIH/TB en Haiti.

 

 

NOS COMBATS

 

OHMaSS en partenariat avec le MSPP aligne ses activités au Plan Stratégique National dans l’objectif de stabiliser la séroprévalence du VIH chez les adultes, d’augmenter le taux de survie des adultes et des enfants vivant avec le VIH sous traitement anti-retroviral, et de réduire la proportion de bébés séropositifs nés de mères vivant avec le VIH. Promouvoir les bonnes pratiques est capitale afin de limiter la propagation du virus, pour ce faire l’organisation encourage ses sous-récipiendaires à toujours appliquer les Normes Nationales de prises en charge, basées sur les recommandations de l’OMS, afin d’atteindre 90% de suppression virale parmi les patients placés sous ARV d’ici 2020.

Renforcer le système qui intervient dans la lutte contre le VIH/TB, est la principale priorité d’OHMaSS, c’est pourquoi l’organisation s’est engagée à augmenter la capacité de ses partenaires à travers des formations spécifiques, le contrôle de qualité des services, l’achat d’équipements et médicaments à l’échelle nationale, jusqu’à la rénovation de certains bâtiments afin d’assurer une meilleure prise en charge du patient et un meilleur contrôle de la maladie.

 

 

NOTRE RÉPONSE

 

OHMaSS continue d’appuyer dans le cadre de la subvention du Fonds Mondial des activités de prévention, de soins et de traitement du VIH à l’échelle nationale. Un programme global est offert aux patients infectés depuis l’assistance conseil individuel, le groupe de support, le suivi nutritionnel, les visites à domicile jusqu’au traitement antirétroviral et d’autres pathologies associées telles que les formes de tuberculose simple et multirésistante.

Eviter la transmission de mère à l’enfant est un immense progrès dans la lutte contre la propagation de la maladie, OHMaSS garantit l’application de ce protocole par tous ses sous-récipiendaires à travers l’approche PTME Plus qui consiste à dépister de façon systématique toutes les femmes enceintes vues en clinique prénatale et traiter aux antirétroviraux celles infectées par le VIH, tout en assurant la prise en charge du nouveau-né avant 72 heures de vie. OHMaSS comprend le stress que peut ressentir une mère infectée, et sait combien il est important de connaitre le statut sérologique du bébé, c’est pourquoi l’organisation supporte la réalisation du test virologique direct « Polymerase Chain Reaction » (PCR) à 4 ou 8 semaines de vie du nourrisson afin de garantir un suivi médical approprié à l’enfant.

L’inclusion de tous est essentiel pour une meilleure réponse dans la lutte contre le VIH, OHMaSS en est bien conscient et encourage la non-discrimination, en intégrant dans ses cibles les groupes vulnérables, comme les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HARSAH), les transgenres, ainsi que les travailleuses de sexe. Aussi, OHMaSS porte une attention spéciale aux enfants infectés ou affectés par la maladie, en subventionnant leurs frais scolaires depuis 2016.

 

 

RÉSULTATS ET IMPACT 

 

96% de femmes enceintes connaissent leur statut sérologique et sont enrôlées en PTME.

120% de femmes reçoivent le traitement antirétroviral.

Environ 10,000 OEVs ont bénéficié de support scolaire.

Le test de la charge virale est actuellement disponible au niveau des sites, il permet un meilleur suivi du patient infecté.

Des médicaments prouvés plus efficaces à l’international, sont distribués aux prestataires, comme la nouvelle molécule Dolutegravir qui sera utilisée à compter de Novembre 2018.

Les groupes clés, HARSAH et travailleuses de sexe sont davantage mis en confiance et encouragés à se faire dépister à travers un volet du programme spécifique à ces groupes.